Le choix complexe d’une destination

Point de photos. Juste une envie d’écrire. Par la fenêtre grande ouverte, s’engouffre la froideur d’une nouvelle journée pluvieuse. Ce jour, il y a dix ans, Katrina ravageait la Nouvelle-Orléans, annonce une autre fenêtre grande ouverte sur le monde. Comment, alors, me plaindre de cette météo morose ?

Pas encore rassasié des grands espaces de nos belles contrées, me voilà déjà arrivé à la fin de l’été. Nez gelé, pieds congelés, je me lève pour contrer les engelures qui s’annoncent. Trois mètres… peut-être même cinq… séparent ma chaise de la fenêtre. Toute une aventure ! Ouverture condamnée, chausettes engagées, me voilà équipé pour affronter la venue d’un nouvel automne.

Par la grande fenêtre, la vie extérieure s’invite : gaspillage de la nourriture (Michel-Edouard fait son numéro habituel), crise de l’élevage (Le Foll ne s’affole pas, bonne ou mauvaise nouvelle ?), crise chez les Verts (ben où est la nouvelle ?), la bourse chinoise en baisse et la redevance télé en hausse (quoi c’est pas du même niveau !), Fusillade en France (France-US : 1-0), meutre en direct aux US (France-US : 1-1), Didier annonce sa sélection (Ah enfin une bonne nouvelle… Didier qui ? Ben Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de France de foot… Quel match ? Ah ben je sais pas… Pour quand ? Oh hé, quelle importance !), météo… ah enfin, quel sera le temps pour les dix jours à venir !

Une jolie jeune femme élégante – un vrai rayon de soleil – s’avance. Elle me sourit et me souhaite le bonjour. Il me semble la connaitre ; je l’ai déjà vu passer par là. Du bout du doigt, elle désigne sur une carte de France les régions du sud et m’assure que là-bas l’été va se poursuivre. Elle me cache le Pays Nantais mais je comprends vite pourquoi lorsqu’elle se déplace d’un pas légé sur le côté. Derrière les carreaux de verre encore ouverts il y a cinq minutes, je constate de visu ce qu’elle m’explique d’un air désolé. Et je pleure intérieurement. Je la maudis, bien que je sache qu’elle n’y peut rien. Quelle déconvenue ! Pourquoi les dieux m’en veulent t’ils tant ?… les dieux… mais oui…

… mais oui, la solution est toute simple : « Ooooohhhhh grand Google, dis-moi vers quels horizons ensoleillés le destin pourrait me mener.  »

Grand Google : « … voyons… voyons… tu ne veux pas plutôt le téléphone de Clara Morgane, ma base de données m’indique que tu lorgnes souvent… »

… oui, bon ben, passons. Si le grand Google ne peut rien pour moi, il ne me reste plus alors qu’à faire appel à la sagesse de son illustre père : « Ooooohhhh grand Bibendum, dis-moi vers quels horizons ensoleillés ma voiture pourrait me mener. »

Grand Bibendum : « … voyons… voyons… fais pouf pouf sur la carte et je te répondrai. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s