Estijazz 2015

Quoi de mieux que de commencer l’été avec un petit festival de jazz bien sympa. Il a fait un temps magnifique ; les concerts ont donc pû être donné au sein du Parc de Moine de Cholet (49). Au bord de l’eau – oui bon ok la Moine était pas loin d’être à sec -, entouré de verdure, il était bien agréable d’écouter de la musique jazzy, bluezy, rocky allongé à l’ombre des… des arbres. Y’en a tout un tas mais j’ai pas noté les noms des espèces par contre j’ai bien recopié consciencieusement le flyer présentant les groupes invités cette année. N’hésitez pas à aller les écouter s’ils passent près de chez vous ou près de votre lieu de villégiature ; ils étaient vraiment tous très bon.

Apache Trio
Antoine Grammatico, voix, mégaphone / Cyril Trochu, piano, fender rhodes, accordéon / Sylvain Didou, contrebasse

Non, ce ne sont pas des apaches, ni des indiens !
Pourtant le piano balance des notes à travers l’espace avec la précision d’une flèche, la contrebasse est affûtée comme un tomahawk et la voix parfois invoque les esprits.

« Ce trio très iconoclaste regroupe des musiciens inclassables, capables de se retrouver dans toutes les aventures musicales possibles : flamenco, jazz, chansons, tango, musiques du monde. Heureux comme des indiens sur le sentier de la guerre, ils arpentent avec malice des chemins qui partent sur des vieux blues et s’achèvent sur des pièces contemporaines ou des chansons romantiques ! Décapant ! »

http://apachetrio.wix.com/apache-trio

Le Swing Society
Kévin Doublé, chant, harmonica, guitare / Eric Richard, piano / Anthony Muccio, contrebasse / Benoît Gaudiche, trompette, sousaphone / Jordan Philippe, saxophone, flûte / Patrick Jouannic, batterie

L’élégance du Swing, le caractère du Blues, pour une musique d’aujourd’hui. Charles Mingus a dit un jour que le jazz n’aurait jamais dû quitter les salles de danse. Duke Ellington trouvait sa musique plus excitante à jouer devant un public de danseurs. C’est dans l’héritage de ses illustres aînés que s’écrit l’histoire du « Swing Society ».

Créé en 2006 à l’initiative du batteur Patrick Jouannic, Le Swing Society rappelle que le jazz, le swing et le blues sont des musiques d’une même et grande famille. Programmé dans de nombreux festivals, le groupe s’adresse autant à un public « festif » de danseurs qu’à un public sensible à l’expression imprégnée de blues du chanteur, guitariste et harmoniciste : Kevin Doublé.

Le premier album, « believe in music », sorti en 2009 est un album exclusivement de reprises. Le titre du second album, « In Time », sorti en 2013, en dit long sur la volonté de partager la musique du groupe avec le plus grand nombre et d’inscrire « Le Swing Society » dans son époque avec des compositions originales et des standards de jazz dont les arrangements vont puiser dans des courants plus actuels.

En 2012, année de l’enregistrement de « In Time », Kevin Doublé pose son harmonica « rageur » dans le « hit » du groupe C2C « Down the Road » qui remporte un succès énorme. Une voix chaude et envoûtante posée sur des arrangements sophistiqués… c’est la marque de fabrique du « Swing Society ».

http://le-swing-society.fr

Alex Grenier Trio
Alex Grenier, guitare / Franck Durand, batterie / Hervé Moquet, basse

Alex Grenier Trio débute par la rencontre de trois musiciens de jazz lors d’un boeuf dans un club angevin.
Guitariste et compositeur du trio, il a déjà plusieurs albums électro-jazz à son actif. En septembre 2012, il fait la rencontre de Franck Durand, batteur, qui lui présentera Hervé Moquet, futur bassiste du trio.
Afin de concrétiser rapidement ce projet, le trio enregistre un CD EP au studio Mercredi 9. Le prestigieux Festival Jazz à Sète sera l’occasion, pour le trio, de présenter son nouvel album intitulé « Slalom ».
Cet opus rassemble dix nouvelles compositions du guitariste masterisées par le studio Blackler Mastering à New-York.

Tout en s’inscrivant dans les fondements et les racines du jazz et du blues, Alex Grenier Trio n’hésite pas à renouveler avec énergie et générosité la fameuse formule : guitare – basse – batterie. La musique du trio se veut moderne, créative, menée par l’improvisation et la recherche d’un son organique et puissant. Un jazz chaleureux et sans détour qui ne peut laisser indifférent.

« Alex Grenier, est à la tête d’un vrai et formidable Power Trio (…) Dans la mouvance de Mike Stern, George Benson et Wes Montgomery, avec un engagement dans la musique, total et rieur, ce jeune homme emporte immédiatement l’adhésion par sa fougue, son énergie et son irrésistible plaisir de jouer. »

Pascal Anquetil –Jazz Magazine

Le trio est lauréat de plusieurs prestigieux tremplins :
Nice Jazz Festival 2014, Jazz à Sète 2014 et Jazz en Baie 2013.

http://www.alexgrenier.fr

Jazz Combo Box
Fabien Thomas, sousaphone / Mickael Herjan, caisse claire / Lucca Ferrari, grosse caisse / Brieuc Bestel, scratchophone / Hugo Journaud, banjo / Élias Delaunay, trombone / Nicolas Scheid, sax ténor / Geoffrey Chartre, trompette

Jazz Combo Box, La Fanfare qui descend le DJ de son piédestal !
C’est un spectacle musical, pour les pieds, les yeux et les oreilles. Un univers Afro-Jazz qui déménage, un son qui décoiffe. 8 musiciens dont un Scratchophone !
Cet instrument rare permet de scratcher n’importe où, même dans la rue. Entre le Scratchophone et le Banjo, les Cuivres et la Rythmique, Jazz Combo Box vous livre ses influences Hip Hop, Jazz, Afro et Funk.

http://www.jazzcombobox.fr

Infernal Momus
Morgane Carnet, saxophones ténor & baryton / Martin Daguerre, saxophones alto & baryton / Philippe Boudot, batterie

Issus de la nébuleuse Coutançaise (Basse Normandie), biberonnés au Festival Jazz sous les Pommiers depuis leur plus jeune âge, Infernale Momus s’est formé en 2011. Autour de l’idée que le jazz est une musique populaire, ils s’autorisent tout ou presque et s’approprient quoi qui passe dans leurs oreilles (funk, hip-hop, punk, afrobeat, tango, rockabilly, surf-rock, rumba, free,…).
Imaginez Morphine et Eric Dolphy malmenant les Beatles et vous y serez presque.

http://infernalemomus.bandcamp.com

Manu Lanvin
Manu Lanvin, guitare et chant / Jimmi Montout, batterie / Antonnella Massa, contrebassiste

Avec cinq albums à son actif et de nombreuses collaborations artistiques déterminantes comme avec Calvin Russell, Neal Black et Paul Personne, Manu Lanvin, chanteur et guitariste émérite, s’est frayé une place incontournable dans le paysage du blues rock français !
En 2009, il co-écrit, produit et réalise « Dawg Eat Dawg », le dernier album du chanteur texan Calvin Russell.

Encouragé par son mentor, Manu se lance corps et âme dans un blues urbain et électrique qui lui colle aux chaussures depuis des années et livre en 2012 « Mauvais Casting » un album tellement abouti qu’il lui ouvre les portes de plus de 120 dates de concerts sur l’année 2013 dont des scènes prestigieuses en Europe comme aux Etats-Unis.

Sélectionné par les membres du réseau France Blues, Manu Lanvin s’envole pour Memphis en janvier 2014 pour y représenter la France lors de l’International Blues Challenge de Memphis. Ce retour aux sources conjugué à l’émulation de la scène musicale de Beale Street nourrissent l’expérience d’un cinquième album : « Sons of the blues ». Enregistré entre Paris et Memphis et avec la complicité du Devil Blues, l’album s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur « Mauvais Casting » : 12 titres en français et en anglais servis par un blues rageur aux rifs inventifs et endiablés !
Avec ce dernier opus, Manu Lanvin confirme sa place parmi les grands bluesmen de sa génération.

http://www.manulanvin.com

Flying Home
Jean-Michel Proust, sax / Armel Amiot, guitare / Oscar Marchioni, orgue hammond / François Laudet, batterie

Le saxophoniste Jean-Michel Proust et le guitariste Armel Amiot s’entourent de brillants musiciens pour rendre hommage à Illinois Jacquet, premier sax « R&B » et à ses disciples tels Arnett Cobb, Jimmy Forrest ou encore Red Prysock, les ténors texans.

Flying Home, succès emblématique de l’histoire du jazz des années 40, définit toute l’esthétique de ces saxophonistes du gospel, du rythm’n blues et du rock’n roll naissant qui marqueront à tout jamais le jazz des années 50, 60 et 70. Leur répertoire est caractérisé par un gros son de saxophone, un swing ravageur, un sens de la mélodie, de la ballade et du blues, à nul autre pareil.

http://www.flyinghome.fr

Mandibul’Orchestra
Pierre Victoire, La Coccinelle, trompette / Fred Paillou, Le Gendarme, sax ténor / Stéphane Hardy, La Mante Religieuse, sax baryton / Philippe Grivois, L’Abeille, caisse claire et petites percussions / Jean-Bernard Lefèvre, La Fourmi, surdo et petites percussions

Des craquètements… Des grésillonnements…
Un essaim d’insectes géants jaillit dans les allées du Parc ! Parés de leurs plus belles antennes, de leurs plus beaux battements d’ailes, ces 5 insectes livrent leurs plus étonnants bourdonnements forgés au gré des saisons au sein de leur ruche.
Quand la mécanique de ces bêtes volantes est en marche, ce nid de bourdonnements tisse une musique alvéolaire qui fourmille, saute, s’envole, pique et repique. Au royaume du miel, ces petits nectars musicaux illustrent parfaitement la vie de cette communauté, airs d’accompagnement de la danse de l’abeille, complaintes de l’accouplement, mélodies d’amours et de désamours, chants de chasse aux demoiselles… Comme une prise directe d’une vie soumise aux lois de la jungle, vue au microscope, vous tisserez de vous-même les liens de cet essaim farfelu avec les comportements de la communauté humaine même si souvent, une logique insective prendra le pas sur une logique humaine.

http://www.mandibulorchestra.fr

Gaëlle Buswel
Gaëlle Buswel, guitare voix / Michaal Benjelloun, guitares / Thomas d’Arbigny, basse

Une artiste atypique qui ne laisse pas indifférent.
Elle vient du blues et a une voix à faire frissonner les entrailles. Une solide expérience du live, avec déjà plus de 500 concerts en Europe et une tournée en Amérique du Nord à la sortie de son 2e album « Black to Blue ».

Sur scène depuis ses 13 ans, elle enchaîne les concerts, notamment avec le groupe Cam On et parcourt la France, la Belgique et l’Angleterre. Sa base de fans se développe rapidement après une vidéo qui circule sur un cover inattendu de Tina Turner. Elle est comparée à Joan Baez et Melissa Etheridge. Chez Gaëlle, pas question d’artifices. Elle se démène sur tous les fronts et se lance en solo, en autoproduction.

Elle écrit et compose la plupart de ses chansons. Le résultat est prometteur avec la sortie de son 1er album « Yesterday’s Shadow » en 2012, en collaboration avec Neal Black, un album acoustique aux couleurs blues folk qui attire un public sensible à son univers original et authentique. Le titre éponyme sera classé n°1 aux Etats-Unis sur le site Concert Blogger, et sera diffusé sur W9 en France et sur de nombreuses radios étrangères et nationales, notamment TSF Jazz.

C’est donc aujourd’hui ses propres titres et son univers musical coloré par ses influences blues rock, folk et pop mais bien ancrés dans son époque, que Gaëlle Buswel partage avec son public. Des textes qui vous touchent en plein coeur, des mélodies qui vous saisissent et vous transportent. Sa capacité à traduire sa vision du monde en musique font d’elle une artiste complète, sincère, unique.

Une artiste authentique suivie de très près par des milliers de fans venant des 4 coins du monde passionnés par sa musique aux couleurs américaines.

http://www.gaelle-buswel.fr

Advertisements

Un commentaire sur « Estijazz 2015 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s