La Convention de Ramsar

——— Le saviez-vous ? ———
Ben moi, je l’ignorais
La Convention sur les zones humides d’importance internationale, plus connue sous le nom de Convention de Ramsar, est un traité international qui prône la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides. C’est le seul traité mondial portant sur un seul écosystème.

La Convention de Ramsar est le plus ancien de tous les accords modernes mondiaux et intergouvernementaux sur l’environnement. Le traité a été négocié dans les années 1960 par différents pays et organisations non gouvernementales préoccupés par la perte et la dégradation croissantes des habitats en zones humides pour les oiseaux d’eau migrateurs. Adopté dans la ville iranienne de Ramsar en 1971, il est entré en vigueur en 1975.

La Convention a pour mission « La conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides par des actions locales, régionales et nationales et par la coopération internationale, en tant que contribution à la réalisation du développement durable dans le monde entier ».

Les zones humides sont parmi les écosystèmes les plus divers et les plus productifs. Elles fournissent des services essentiels et toute notre eau douce. Toutefois, elles continuent d’être dégradées et transformées pour d’autres usages.

La Convention a adopté une large définition des zones humides comprenant tous les lacs et cours d’eau, les aquifères souterrains, les marécages et marais, les prairies humides, les tourbières, les oasis, les estuaires, les deltas et étendues intertidales, les mangroves et autres zones côtières, les récifs coralliens et tous les sites artifi ciels tels que les étangs de pisciculture, les rizières, les retenues et les marais salés.

Dans le contexte des « trois piliers » de la Convention, les Parties contractantes s’engagent :
– à œuvrer pour l’utilisation rationnelle de toutes leurs zones humides;
– à inscrire des zones humides appropriées sur la Liste des zones humides d’importance internationale (la « Liste de Ramsar ») et à assurer leur bonne gestion;
– à coopérer au plan international dans les zones humides transfrontières, les systèmes de zones humides partagés et pour les espèces partagées.

La France compte aujourd’hui 32 sites déclarées sur 2100 dans le monde entier couvrant 208 millions d’hectares :
Baie du Mont Saint-Michel ; Baie de Somme ; Basses Vallées Angevines ; Bassin du Drugeon ; Brenne ; Camargue ; Etang de Biguglia ; Etangs de la Champagne humide ; Etangs de la Narbonnaise ; Etangs de la Petite Woëvre ; Etangs du Lindre, forêt du Romersberg et alentours ; Golfe du Morbihan ; Grande Brière ; Impluvium du plateau du Gavot ; Lac de Grand-Lieu ; Lac du Bourget, Marais de Chautagne ; Marais du Cotentin et du Bessin, Baie des Veys ; Marais du Fier d’Ars ; Marais Salants de Guérande et du Mès ; Mares temporaires des Tre Padule de Suartone ; Petite Camargue ; Rives du Lac Léman ; Marais audomarois ; Etang de Palo ; Etang d’Urbino ; Etangs de Villepey ; Salins d’Hyères ; Etangs palavasiens ; Rhin supérieur / Oberrhein.

Qu’est-ce qu’une zone humide?
La  Convention  définit  les  « zones humides » comme des étendues saturées d’eau ou inondées, temporairement ou en permanence. Les zones humides intérieures comprennent les aquifères, les lacs, les cours d’eau, les marais, les tourbières, les étangs, les plaines d’inondation et les marécages. Les zones humides côtières comprennent les littoraux, les mangroves, les marais salants, les estuaires, les lagunes et lagons, les herbiers marins et les récifs coralliens.

Pourquoi doit-on s’en soucier ?
Considérées habituellement comme des zones à l’abandon ou des foyers de maladies, les zones humides sont pourtant vitales pour l’humanité et cela, à plus d’un titre :
– Les zones humides sont la source de l’eau douce. Les zones humides d’eau douce fournissent l’eau que nous buvons, que nous utilisons pour cuisiner et laver et qui sert à l’irrigation.
– Les zones humides nourrissent l’humanité. Le riz, cultivé dans les rizières des zones humides, est la nourriture de base de près de trois milliards de personnes et constitue 20 % de l’alimentation mondiale.
– Les zones humides sont les amortisseurs de la nature. Au sein des bassins hydrographiques, les zones humides agissent comme des éponges naturelles, absorbant les précipitations et atténuant l’impact des crues. Cette capacité de stockage sert aussi de rempart contre la sécheresse. Les mangroves et les récifs coralliens réduisent la vitesse et la hauteur des ondes de tempête ainsi que l’impact des tsunamis et des ouragans.
– Les zones humides jouent un rôle critique pour la biodiversité. Les zones humides accueillent plus de 100 000 espèces d’eau douce connues et ce chiffre ne cesse de croître. Elles sont vitales pour de nombreux amphibiens ainsi que pour les oiseaux nicheurs et migrateurs.
– Les zones humides créent des produits et moyens d’existence durables. Plus de 660 millions de personnes dépendent de la pêche et de l’aquaculture pour leur subsistance. Les zones humides fournissent aussi du bois de construction, des huiles végétales, des plantes médicinales, des matières premières pour le tissage et la vannerie et du fourrage pour les animaux.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s